Menu Fermer

Une présence humaine opportuniste en Picardie au Paléolithique supérieur ?​

Une présence humaine opportuniste en Picardie au Paléolithique supérieur ?

Dans le nord de la France, la présence humaine au Paléolithique supérieur ancien se limite à de rares et brèves occupations entre 34000 et 28000 ans, préalablement au Dernier Maximum Glaciaire marqué par leur absence en raison de l’extrême pauvreté du milieu.Bien que la plupart bénéficie maintenant d’une chronologie radiocarbone, elle n’est pas toujours suffisante, même combinée aux restes fauniques, pour établir le contexte climatique contemporain de ces occupations, souvent de plein air.

À l’aide d’une approche multi-indicateurs (malacologie, sédimentologie, chronologie), une équipe composée de membres du Laboratoire de Géographie Physique : Environnements Quaternaires et Actuels (LGP), de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) et du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE) a mis en évidence que l’occupation gravettienne de Amiens-Renancourt 2, la plus récente de la région, notamment connue pour ses statuettes féminines ou Vénus, intervient durant le dernier interstade (GI 3 ; 27,8-27,5 ka) précédent le Dernier Maximum Glaciaire, juste avant son optimum. Le climat était alors plus doux, le milieu modérément humide et la diversification végétale maximale. Ces conditions ont probablement favorisé le développement de la grande faune et rendu possible cette courte occupation saisonnière de type halte de chasse. Enfin, plusieurs artefacts suggèrent des relations avec l’Ile-de-France, impliquant peut-être un déplacement depuis, ou via, cette région ou une autre plus méridionale, en accord avec les théories du « flux et reflux » ou des « extinctions régionales ».

Références

MOINE, O., ANTOINE, P., COUTARD, S., GUÉRIN, G., HATTÉ, C., PARIS, C., & SAULNIER‐COPARD, S. (2021). Intra‐interstadial environmental changes in Last Glacial loess revealed by molluscan assemblages from the Upper Palaeolithic site of Amiens‐Renancourt 1 (Somme, France). Journal of Quaternary Science.