Menu Fermer

Sujet en Géoarchéologie et Paléohydrologie – Mauritanie

Sujet de master 1 : Dynamique des zones humides holocènes et développement des activités métallurgiques (cuivre) dans les régions d’Akjoukt et Tasiast en Mauritanie. Approches géomorphologique et paléohydrologique.

Encadrants : Aline Garnier (LGP – UPEC) et Antoine Courcier (IRAMAT – CNRS)

Résumé
Parmi les premiers métaux travaillés par l’homme figure le cuivre. De nombreux travaux ont mis en évidence et étudié des foyers métallurgiques anciens au Moyen-Orient et en Europe Centrale. Or, la question des débuts de la métallurgie du cuivre en Afrique fait toujours débat.
Dans le cadre du projet CUPRUM (CUivre : PRoduction et Usages en Mauritanie à l’Holocène), l’étude de la métallurgie du cuivre dans une zone de 80 km autour des villes d’Akjoujt et Tasiast en Mauritanie au cours de la Préhistoire (2e-1er millénaire avant notre ère), a permis de mettre en avant une corrélation entre la localisation des zones humides anciennes et les sites métallurgiques. La ressource en eau semble nécessaire aux activités de production de métal mais les données paléoenvironnementales de cette région sont insuffisantes pour en discuter.
L’objectif de ce travail de Master 1 est ainsi d’établir un diagnostic hydro-géomorphologique des anciennes zones humides (mares et cours d’eau) et de caractériser leurs dynamiques spatiales et temporelles au cours des derniers millénaires. Ce travail mené en collaboration avec les archéologues permettra notamment de discuter des interactions des ressources environnementales disponibles avec les activités anthropiques et plus particulièrement avec celles des sociétés métallurgiques.

Compétences attendues : Ce travail nécessitera un investissement sur le terrain avec un travail (1) d’observation et de cartographie (SIG) des unités géomorphologiques, (2) d’investigation des archives sédimentaires par le biais de coupes et de sondages puis (3) d’une analyse en laboratoire des échantillons sédimentaires (sédimentologie et granulométrie) afin de caractériser l’origine de ces dépôts et de reconstituer les environnements passés.