Menu Fermer

Soutenance de Thèse – Sarah Davidoux

Soutenance de Thèse - Sarah Davidoux

La Falémé au cours du Quaternaire récent. Analyse paléoenvironnementale d’un espace soudanien riche en vestiges archéologiques en Afrique de l’Ouest.

réalisée sous la direction de Laurent Lespez, Professeur des Universités (Université Paris-Est-Créteil) et le co-encadrement d’Aline Garnier, Maître de conférence (Université Paris-Est-Créteil)

La soutenance aura lieu le vendredi 8 janvier 2021 à 14h, sur le site du campus CNRS de Meudon-Bellevue.

Compte tenue du contexte sanitaire, la soutenance se déroulera en visioconférence.

Pour celles et ceux qui souhaitent visionner la soutenance, le lien ci dessous vous permettra d’accéder à une capture vidéo de la soutenance, via YouTube. Si vous vous connectez en avance, vous serez mis en attente jusqu’au démarrage de la soutenance

https://youtu.be/EwvFv9CEa2U

 

Résumé de la thèse

En Afrique de l’Ouest, la connaissance des évolutions paléoenvironnementales a longtemps progressé grâce aux études de carottes océaniques et lacustres. Les hydrosystèmes fluviaux en domaine soudano-sahélien, à la fois mal répartis dans l’espace et très convoités par les populations, ont fait l’objet de peu d’études. Ces recherches de thèse se proposent donc d’étudier la basse vallée de la Falémé, un affluent du fleuve Sénégal qui borde la frontière sénégalo-malienne. La méthodologie repose sur l’étude géomorphologique d’un tronçon d’environ 33 km, ainsi que sur des analyses sédimentologiques mêlant des approches classiques comme la granulométrie mais également des analyses moins exploitées comme la morphoscopie et l’exoscopie des quartz. L’étude des minéraux lourds, de la fraction argileuse (DRX) ainsi que des analyses géochimiques (XFR et ICP-MS) ont également été testées. L’ensemble des résultats permettent de confirmer et d’affiner le cadre chronostratigraphique de la basse vallée de la Falémé depuis environ 40 000 ans. Ils mettent en avant plusieurs éléments : (1) Les métamorphoses du système fluvial offrent une bonne corrélation avec les grandes oscillations climatiques plurimillénaires attestées au Pléistocène supérieur, mais également avec les fluctuations Holocène de moindre amplitude. (2) Cela confirme la grande sensibilité des hydrosystèmes soudano-sahélien aux changements climatiques, et le potentiel de leurs enregistrements paléoclimatiques. (3) En termes méthodologiques, l’étude morphoscopique des quartz paraît justifiée pour tenter de mieux mesurer et caractériser les apports éoliens.