L G P CNRS
Environnements Quaternaires et Actuels - UMR 8591

              

Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1 Nom tutelle 1

notre labex

Nom tutelle 2

notre partenaire

Nom tutelle 2

LGP Facebook-twitter

Nom tutelle 2 Nom tutelle 2

Rechercher




Accueil > Programmes

EL PASO (2010-2014)

publié le

El-Niño : leçons du passé à partir de simulations et d’observations

Année : 2010-2014
Financement : ANR-10-BLAN-0608
Responsable : P. Braconnot (LSCE)
El-Niño/Southern oscillation (ENSO) est le principal mode de variabilité du climat dans les régions tropicales. Il est une manifestation du couplage océan-atmosphère dans le Pacifique tropical, et se produit tous les 2 à 7 ans. Cependant beaucoup d’incertitudes demeurent sur l’évolution future d’ENSO. Plusieurs aspects limitent notre capacité à estimer l’évolution future d’ENSO et ses liens avec le cycle hydrologique dans les régions affectées par les pluies de mousson. Une des principales raisons est que les différents aspects de la variabilité ENSO ne sont pas encore entièrement compris. ENSO est tantôt considéré comme une auto-oscillation soutenue du couple océan-atmosphère tantôt comme un mode propre affecté par du "bruit aléatoire". Les archives climatiques offrent une occasion unique de tester notre compréhension du système climatique. Plusieurs documents montrent que l’ENSO a fortement varié dans le passé et qu’il a connu de fortes variations saisonnières au cours de l’Holocène. Les archives archéologiques et certaines archives paléoclimatiques suggèrent que l’ENSO tel qu’on le connait actuellement dans son intensité et sa fréquence n’a pas existé avant environ 5-6 ka. Par conséquent, pour aller plus loin dans l’exploitation des proxies disponibles une analyse minutieuse de l’évolution de l’état moyen et à la variabilité interannuelle multidécennales est nécessaire. Avec l’augmentation des proxies à haute résolution (coraux, coquillages, spéléothèmes, et sédiments laminés), il est maintenant possible de fournir des synthèses de données pour documenter la variabilité interannuelle et multidécennale du climat.

Dans ce contexte, les objectifs de ELPASO sont les suivants :

Mieux comprendre les relations entre l’ENSO et l’état moyen, en explorant la variabilité ENSO les téléconnections avec la mousson dans différents contextes climatiques.
Fournir un ensemble de mesures basées sur les mécanismes et sur des proxy pour tester la capacité des modèles climatiques à reproduire la variabilité ENSO et ses téléconnections avec la mousson dans un climat différent de celui modernes.

Plusieurs études ont démontré que l’ENSO a une influence majeure sur l’évolution actuelle des glaciers dans les Andes. Il est reconnu que, pendant les phases SOI négatives (El Niño) (SSTA du chaudes dans le Pacifique équatorial oriental) l’accumulation est réduite et l’ablation est renforcée au pas de temps mensuel ou sur une plus longue période (Francou et al., 1995a, b, 2000 ; Ribstein et al. 1995 ; Wagnon et al. 2001 ; Francou et al. 2003 ; 2004 ; Favier al., 2004a, b). Notre objectif dans El Paso est d’analyser les impacts de la variabilité ENSO sur les fluctuations passées des glaciers et de tester les impacts des téléconnections avec la mousson sur le comportement des glaciers.
Participants LGP : Vincent Jomelli, Daniel Brunstein, Delphine Grancher